Qu’est-ce que l’assainissement regroupé ?

L’assainissement regroupé

Un assainissement regroupé – la définition?

 

L’assainissement regroupé fait partie de l’assainissement individuel. Il se situe pour un groupe d’habitations comprenant entre 6 et 20 équivalents-Habitants ou EH. On parle d’assainissement regroupé jusqu’à 20 EH car la législation change au-delà.

De nos jours, vous pouvez tout à fait, regrouper l’assainissement de plusieurs habitations au sein d’un unique système de traitement des eaux usées.

Pourquoi choisir cette solution ? Car celle-ci permet une réduction des coûts de pose et d’entretien, mais aussi de l’espace alloué à votre système d’assainissement pour un assainissement de logement avec peu de terrain.

 

 

Qu’est-ce que l’assainissement regroupé ?

 

Vous n’avez pas accès au tout à l’égout ? L’assainissement individuel ou non collectif est la solution pour traiter vos eaux usées.

Le marché de l’assainissement non collectif est en pleine mutation. En effet, de nombreuses nouvelles solutions sont apparues sur le marché et présentent une alternative aux anciens systèmes (fosse septique avec épandage). L’avantage de ces nouveaux procédés est l’emprise au sol (la compacité).

Un nombre croissant de particuliers et collectivités ont décidés de se tourner vers un assainissement individuel ou regroupé pour la gestion des eaux usées de plusieurs habitations. Les avantages sont les suivants :

  • Réduction des coûts
  • Réduction de l’emprise au sol

 

Dispositifs d’assainissement pour deux maisons

 

Sur le marché actuel français, vous pouvez trouver 4 familles de dispositifs d’assainissement individuel. Toutes permettent de créer un assainissement regroupé.

Ces 4 grandes familles de systèmes d’assainissement individuel sont :

La différence entre ces différents systèmes est le prix (d’achat et d’installation) et surtout l’emprise de ce système au sol.

 

Réglementation pour l’Installation d’un Système d’ANC Regroupé

 

L’installation d’un système d’assainissement non collectif regroupé implique la création d’un réseau séparatif court, excluant les eaux de pluie. L’objectif est de rassembler les eaux usées de plusieurs habitations et de trouver une parcelle appropriée pour son implantation et l’évacuation des eaux usées traitées (le volume d’eau consommée est celui qui que l’on doit traiter et rejeter dans le milieu hydraulique superficiel).

Avant de débuter les travaux, il est impératif de soumettre le projet au contrôle du service compétent, généralement le Service Public d’Assainissement Non-Collectif (SPANC) de la commune jusqu’à 200 EH (équivalents habitants). Pour plus de 200 EH, le dossier se fait auprès de la Direction Départementale des Territoires et de la Mer (DDTM) et/ou du Service d’Assistance Technique à l’Exploitation des Stations d’Epuration (SATESE) avec un montage administratif plus complexe, incluant par exemple un dossier Loi sur l’eau (obligatoire au-delà de 200 EH). Suite à un contrôle de conception, l’organisme compétent délivre une attestation de conformité à la réglementation et aux enjeux de rejet dans la zone concernée, que l’on doit joindre au permis de construire.

 

Plannification

 

On planifie et implante les systèmes d’assainissement autonomes regroupés de manière à minimiser les nuisances telles que les odeurs, le développement de foyers de moustiques pouvant transmettre des maladies, les bruits ou les vibrations mécaniques susceptibles d’impacter la santé et la sécurité du voisinage, et de perturber la tranquillité. De plus, ces systèmes doivent atteindre d’excellentes performances de traitement pour répondre aux exigences réglementaires.

Selon l’environnement récepteur, les installations d’ANC regroupées peuvent être soumises à des exigences supérieures en termes de performance et de réduction de la pollution. Par exemple, dans les zones côtières et près des zones de baignade, des dispositions spécifiques sont nécessaires : zones d’infiltration, filtres de désinfection, contrôles renforcés, exploitation améliorée, etc. Les « zones à usage sensible » sont définies par l’Arrêté du 21 juillet 2015 modifié.

 

Emprise au sol d’un système d’assainissement

 

Beaucoup sont tentés pour leur assainissement par la filière dite traditionnelle, la fosse septique avec épandage. La problématique, dans de nombreux cas, est le manque de place.

En effet, la place nécessaire pour ce type de procédé peut être parfois considérable, surtout si vous utilisez un tel dispositif pour le traitement de plusieurs habitations.

Le tableau ci-dessous vous donnera une idée de l’emprise au sol des différents dispositifs.

Dispositif d’assainissement*Emprise au sol
Fosse septique avec épandage (sol en place ou reconstitué)De 40 à 150 m2
Massif filtrant planté de roseaux (avec ou sans fosse septique)De 40 à 100 m2
Massif filtrant compact (en fibre de coco par exemple…)Moins de 25m2
Micro-station d’épuration (culture fixée…)Moins de 15m2

*Dispositif jusqu’à 9 Équivalent-Habitants

Comme vous avez pu le constater dans le tableau ci-dessus, un dispositif traditionnel fosse septique avec épandage peut prendre jusqu’à 10 fois plus de place qu’une micro-station.

De nos jours, beaucoup de propriétaires, futurs propriétaires ou promoteurs immobiliers, se tournent vers la micro-station.

La raison est simple, beaucoup de personnes ne souhaitent plus alloué une part si importante de leur terrain pour le traitement de leurs eaux usées.

Pourquoi choisir une micro-station ?

 

La micro-station d’épuration est une dispositif “monocuve”.

Cela signifie, qu’elle seule pourra intégrer le processus complet d’épuration de vos eaux usées en son sein (chaque étape sera séparée par des compartiments).

Plusieurs modèles existent sur le marché et toutes ne sont pas mono cuves.

Pour plus d’informations, consultez la brochure et le manuel d’utilisation du constructeur désiré.

La micro-station détient également un avantage significatif, le risque de colmatage est proche de 0. Cela se traduit par une garantie de fonctionnalité sur le long terme.

Micro station Tricel

Pourquoi choisir un filtre compact ?

 

Le filtre compact est un dispositif qui peut être soit “monocuve” comme le Seta Simplex ou bien « bi-cuve » comme le Seta et qui dans ce cas prendra plus de place qu’une micro-station. Le filtre compact est composé de deux parties :

  • La fosse toutes eaux
  • Un massif filtrant (en fibre de coco par exemple).

Ce procédé est un système gravitaire, c’est-à-dire qu’il n’a pas besoin d’éléctricitié pour fonctionner. Il remplace parfaitement le système d’épandage classique tout en étant compact.

Néanmoins, comme pour le système traditionnel (fosse toutes eaux plus épandage) il y a des risque de colmatage du média filtrant.

Les filtres compacts Tricel Seta et Seta Simplex font partie des systèmes d’assainissement qui sont éligibles par le gouvernement à l’éco prêt à taux zéro (Eco-PTZ).

Filtre compact Seta